Quand on a 17 ans

quand on a 17 ansBeing_17_Sandrine_Kiberlain_Premiere_3Damien et Thomas.jpg

Quand on a 17 ans

Réalisation André Téchiné

Scénario Céline Sciamma, André Téchiné

Acteurs principaux Kacey Mottet-Klein, Corentin Fila, Sandrine Kiberlain, Alexis Loret

Sociétés de production Fidélité Productions

Pays d’origine France

Genre Drame

Durée 116 minutes

Récompenses:

Festival 2 Valenciennes 2016 : Prix d’interprétation masculine pour Corentin Fila;

Festival du film de Cabourg 2016 : Swann d’or de la révélation masculine pour Kacey Mottet Klein;

Outfest 2016 : Grand Jury Award – International Grand Jury Prize

Damien, 17 ans, déclame en classe Sensation de Arthur Rimbaud, le gars poet qui dit que On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans, mais un camarade, Thomas, ne semble pas apprécier le spectacle et réagit en faisant le croche-pied a Damien. Le début du dernier film d’André Techiné est très révélateur: dans l’amour, il y a toujours qui tombe, se lève et combat, surtout dans l’amour homosexuel, victime de préjugés, de la peur, de la honte. La relation entre les deux garçons commence par la confrontation physique, et pourtant la sort tout fera pour surmonter les différences, les incompatibilités. Les jeunes protagonistes sont différents en apparence : Damien est blond, mince, blanc comme du lait, sensible, fils d’une mère médecin et d’un militaire ; Thomas est beau, athlétique, solitaire, impénétrable, métis adopté par une couple d’agriculteurs. Le point tournant est la grossesse de la mère de Thomas, assistée par la mère de Damien, qui décide d’accueillir le garçon dans sa maison pour l’aider dans ses études. Dans l’attente de la naissance, le père de Damien meurt dans une mission… Il vous suffit de voir le film et de constater que, contrairement à Les Roseaux sauvages, Techiné a choisi un épilogue positif, conciliant, heureux. Vingt-deux ans après un Happy End plein d’espoir pour les garçons d’aujourd’hui et ceux de demain. Magnifiques les deux acteurs: Kacey Mottet-Klein, suisse, 18 ans, a déjà une filmographie impressionnante (débutant à 10 ans dans le film Home, réalisé par son compatriote Ursula Meyer), Corentin Fila, 28 ans, a fait ses grands débuts dans Quand on a 17 ans crevant l’écran et est parfaitement empathique avec son partenaire, plus jeune mais plus expérimenté cinématographiquement. Seule critique pour les deux acteurs, ou plutôt les deux garçons: quel besoin y-avait-t-il, dans certaines interviews, de dire de ne pas être gay? Il était nécessaire?  Le film nous enseigne à ne pas avoir peur, honte… Si ce besoin existe toujours, alors, malheureusement, il y a encore un long chemin à parcourir…

© Marco Vignolo Gargini

Pubblicato in Cinema, Film, GLBTQ | Lascia un commento

Poteva succedere anche a me

cartolina

Mercoledì 7 dicembre alle ore 18,00 in sala Tobino – Lucca, palazzo della Provincia, si svolgerà il quarto incontro del ciclo “poteva succedere anche a me”. In questa occasione sarà Daniela Caselli, dell’associazione Luna, a introdurre la discussione per guidarci a individuare e riflettere sui segnali che possono indicare situazioni di violenza e su quali strumenti si possono attivare.

Pubblicato in Media e comunicazione, Notizie | Lascia un commento

referendum 4 dicembre

Italia no

risultati referendum

Pubblicato in Notizie, Notizie e politica, Politica | Lascia un commento

Alexander Van der Bellen, Bundespräsident

Van-der-Bellen-jubelt-Sieg-deutlicher-als-gedacht-Krimi-entschieden-Story-542466_630x712px_92afccb99ae6c7a8261d5f024c5ff6e6__vdb-praesident_3_jpg

Immagine | Pubblicato il di | Lascia un commento

Être connu…

Être connu

Immagine | Pubblicato il di | Lascia un commento

SILENZIO ELETTORALE

silenzio elettorale

Immagine | Pubblicato il di | Lascia un commento

Michel Polnareff, “La Poupée qui fait non” (1966)

C’est une poupée qui fait non…non…non…non…
Toute la journée elle fait non…non..non…non…

Elle est… elle est tell’ment jolie
Que j’en rêve la nuit.

C’est une poupée qui fait non…non…non…non…
Toute la journée, elle fait non…non…non..non…

Personne ne lui a jamais appris
Qu’on pouvait dire oui.
Non…non…non…non…
Non…non…non…non…

Sans même écouter, elle fait non…non…non…non…
Sans même regarder, elle fait non…non…non…non…

Pourtant je donnerais ma vie
Pourqu’elle dise oui. (bis)

Pubblicato in Musica | Lascia un commento